Présentation de Camlez

 

Origine du nom : de l'ancien breton Camm ou Kamm, courbe ou boiteux, et les, loi ou chateau.

Une occupation du site dès le Néolithique est attestée par la présence de menhirs, comme celui de Launay, qui mesure 4 mètres de haut.

Résultant sans doute de démembrement de la paroisse de Penvénan, la paroisse de Camlez est mentionnée comme telle à la fin du VIV ème siècle, et fait partie du fief épiscopal des Régaires de Tréguier jusqu'en 1784.

La première municipalité date de 1790, mais les premières délibérations du conseil encore lisibles datent du 17 février 1808.

C'est en 1813 que le maire et l'adjoint de cette commune prêtent serment à L'Empereur.
De 1906 à 1950, une halte de chemin de fer est construite dans le quartier Saint-Nicolas sur la ligne Paimpol-Lannion


Monuments et sites

MOTTE FEODALE DE CROAS-HUSTO



medium_motte.jpgXe-XIe siècle Convennat-an-Dossen

La commune de Camlez possède, outre celle-ci, une seconde motte féodale, celle de Kerham.
Les mottes féodales remontent au Moyen Age et constituent l'assise des châteaux féodaux.
Celle-ci est de forme tronconique circulaire. Sa plate-forme sommitale, également circulaire, présente un léger surcreusement.
Ce vestige subit en 1972 les effets du remembrements et se trouve ainsi tronqué en 2 endroits. son fossé est alors comblé pour faire place à un chemin.  

VOUTE SOLEIL

medium_voute.jpgXVe siècle Granit Manoir du Donan

En 1506, le manoir du Donan appartient à Olivier de Bégaignon, seigneur du Rumen et du Donan. Il passe ensuite aux mains de la famille de Lezhildry puis, au XVIIIe siècle, à la famille de Trécesson, comte de Carné. La seigneurie de Donan a droit de basse et moyenne justice dans l'auditoire de Tréguier. Le manoir et ses dépendances relèvent alors de l'autorité du roi.


ENCLOS PAROISSIAL

medium_enclos.jpgGranit Eglise Saint-Trémeur

L'enclos du cimetière et son entrée principale proviennent du château de Kerham. Il s'agit sans doute d'un don de la famille Boussougan. La cloche de l'église primitive, cachée pendant les guerres de Religion, est retrouvée peu de temps avant la reconstruction en 1714. Cette église, dédiée à Saint Trémeur, patron de Camlez dont le culte est souvent lié à celui de Saint Gildas, est terminée en 1891.


BLASON

medium_blason.jpg1634 Granit Chateau de Kerham

En partie détruit sur l'ordre du Cardinal de Richelieu, ce chateau est reconstruite à l'initiative de Jean Le Lay, seigneur de Kerancam. La blason de la famille Le Lay est l'un des seuls éléments du chateau encore en état. Ce nom tiendrait son origine d'un ancetre boiteux ayant rendu justice dans la commune, lui donnant ainsi son nom. L'édifice semble avoir été construit sur le modèle du chateau de Guernanchanay à Plouaret, notamment pour la galerie percée d'arcades. Il ne reste aujourd'hui que cette dernière, ainsi qu'une enceinte crenelée en ruine. Le propriétaire, Monseigneur Marboeuf, archeveque de Lyon, ayant émigré à la Révolution, le chateau est vendu comme bien national.


CHAPELLE SAINT NICOLAS

medium_saint_nicolas.jpg1824-1922 Granit et schiste Kerguénan

Cette chapelle, dite "de Kervoenan" dans les archives, est reconstruite en 1824 après avoir été reconnue par le gouvernement en 1818. Elle remplace certainement la chapelle Coz du chateau de Kerham, et abrite les statues de Saint Nicolas et de la Vierge. Le sanctuaire est à nouveau rénové et béni en 1922 par M. Gonidec, recteur de Camlez.


STELE DE LA FECONDITE

medium_stele.jpg7000-1000 av.JC, hauteur 150 cm Chapelle Saint Nicolas

Selon la tradition, cette stèle a le pouvoir de rendre la fécondité aux femmes et de faire marcher précocement les jeunes enfants venus se frotter contre elle.